Provoquer le miracle

Chacun plaide pour son bonheur. Dans ce court métrage intitulé Ton visage, la réalisatrice expose le triste sort de Kadi, une jeune fille malvoyante qui ne rêve que de voir le sourire de sa copine Fati, ne serait-ce qu’une seule fois.
Elle trouve son salut grâce à sa gentillesse et sa volonté d’aider une inconnue en nécessité. De là est venu le miracle qui changea sa vie.

Le contraste posé dès l’entame du film vient montrer un déséquilibre entre les deux personnages. Fati est animée d’une joie de vivre qui pousse Kadi à ne vouloir pour rêve que de voir ce bonheur. Ce déséquilibre décrit dans ce
film est à l’image de ce que vivent nos sociétés actuelles. C’est une projection de la course au bonheur que la réalisatrice met en avant à travers le sort de cette jeune fille innocente.

Le film expose l’une des valeurs cardinales qui caractérise, ou du moins, qui caractérisait les peuples africains, à savoir : l’entraide. Est-ce à dire que la réalisatrice appelle à une mise en valeur de nos valeurs culturelles endogènes qui, aujourd’hui, ont de plus en plus tendance à disparaître au profit des valeurs exogènes ?

Ce film est la preuve que le cinéma peut et doit participer au changement des mentalités. Dans un monde de plus en plus enclin à l’inimitié, la méchanceté, le rejet de l’autre du fait de son apparence et même de son
appartenance religieuse, sociale, politique et raciale il est plus que nécessaire pour les artistes de montrer un nouveau paradigme par la force de leur imagination. C’est en cela que réside la force de ce sujet traité par
Sakina Seydou.

Du point de vu technique, les premières séquences parviennent déjà à montrer l’état du personnage de Kadi, son handicap. En quelques scènes et en peu de mots, la réalisatrice en dit long sur ce sujet. Trois moments
marquants attirent notre attention en regardant ce film : le handicap de Kadi présenté comme une force mentale et un sors à accepter malgré les difficultés ; sa volonté d’aider tout en se privant d’un plaisir momentané ; et
enfin une chute joyeuse présentée comme la récompense de son acte de générosité envers un quidam. Cette disposition pyramidale du parcours de Kadi crée une autre figure identique lorsque la femme inconnue lui insuffle
ce coup de magie qui lui permit de réaliser enfin son rêve. Le geste est également effectué sous une forme pyramidale allant de haut en bas suivant les mouvements de la caméra. Il y a une corrélation magique qui émane
d’une réflexion purement artistique dans la réalisation de ce court métrage à partir de ces deux éléments. Ce qui a donné une force esthétique énorme au côté technique de cette œuvre.

L’homme à la capacité d’attirer vers lui ce qu’il désire. Ne dit-on pas que le bien est toujours récompensé par le bien ? Telles sont des réalités auxquelles l’humain doit croire et adopter en toute circonstance.

Ce film nous pousse a la réflexion sur notre capacité de résilience face aux dures épreuves de la vie. C’est une ouverture vers une confiance absolue de l’homme sur la capacité de la nature à opérer des changements dans le
cours des choses. Quand on provoque le miracle, les conditions nécessaires à sa réalisation se réunissent avec la volonté divine.
Zakariahou ALHOUSSEINI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *